top of page

Quête de Vision Viricuta

Informations et inscriptions
20 au 27 Juillet 2024

Bonjour belle famille du monde , belle famille de cœur!

 

Pendant des années, un des messages de l’abuela Margarita était simplement :
Qu’est-ce que tu veux? Où tu le veux? Avec qui et comment tu le veux?
 
Tu cherches à optimiser ta santé à tous les niveaux ?

Permet toi de sortir de la stagnation et de vivre ta vie!
 
La quête de vision t’invite à nourrir ton intérieur en osant faire ta propre rencontre.
Bien installé dans la forêt, avec l’essentiel pour installer dans tes racines une marche vers ton soi exponentiel !

 

Julie et tout le conseil de vision Viricuta

Arrivée : samedi 20 juillet entre 8h et 10h

Départ : samedi 27 juillet 2023 vers midi.

Contribution :

400 $ par adulte. Gratuit pour les enfants de moins de 18 ans

Mode de paiement :

Dépôt : 100$ pour réserver sa place payable via virement Interac à infoviricuta@gmail.com au plus tard le 22 juin.

Balance : Un ou deux autres paiement pour la balance. Via Interac AVANT la quête ou comptant le premier jour de la quête.

Remboursement en cas de désistement :

Avant le 22 juin : remboursé à 100%;

À partir du 22 juin : le dépôt de 100$ ne sera pas remboursé.

Complet pour 2024
Fumigation de Julie
FAQ

Questions fréquemment posées

D'où vient ce rituel ?

Pratiqué dans de nombreuses cultures autochtones d'Amérique depuis des centaines d'années, notamment chez les Cris et les Anishinaabes, la quête de vision était souvent un rite de passage vers l'âge adulte dont l'objectif vise à donner de la force, de la confiance et à favoriser la communion avec la nature et le monde des esprits.  Il sera déterminant pour l'avenir du jeune adulte dans sa communauté. 

Le jeune est alors amené en nature, souvent au sommet d'une montagne, exposé aux éléments et doit y demeurer jusqu'à ce qu'on aille le chercher, quelques jours plus tard. Précédé de rituels de purification tels la hutte de sudation et effectué en jeûne et parfois déprivation de sommeil, il amène le participant dans un espace de vulnérabilité qui ouvre les perceptions sensorielles et extra-sensorielles et favorise l'intériorisation et la compréhension de la vie à travers les enseignements offerts par la nature.

À l'époque de la création du Canada, cette pratique a été interdite par le ministère des affaires indiennes.  C'est seulement depuis quelques décennies que le rituel est réapparu dans les communautés autochtones mais également dans certains cercles qui s'inspire des enseignements anciens.

Il existe de nombreuses variantes au rituel, selon les traditions et communautés.  À la Viricuta, nous avons eu le privilège d'être initié à ce rituel par la grand-mère mexicaine Abuela Marguarita qui, durant 15 années, est venue au Québec partager ses connaissances et sa sagesse.

Quelle est l'intention générale du rituel ?

Permettre aux "quêteurs" de vivre un moment de ressourcement et d'introspection, chacun isolé en nature durant 4 jours, sans eau, ni nourriture, avec un minimum d'équipement pour sa survie, et ce, tout en sentant le soutien sécurisant d'une communauté de "supporteurs" qui veille sur eux à distance.

Pour les quêteurs, il s'agit d'un moment de connexion à soi, d'introspection, de dépouillement complet qui implique un engagement de quatre années, pour honorer les quatre directions de la roue de médecine, symbole des cycles de la vie.

Pour les supporteurs, il s'agit d'une expérience communautaire importante de don de soi, de recueillement et de soutien jour et nuit pour les quêteurs.  Une offrande à son prochain de son énergie, de son temps qui favorise la reconnexion à la nature profonde de l'être humain.

Qu'est-ce qui détermine les personnes qui sont quêteurs et celles qui sont supporteurs ?

D'abord, une personne qui n'est pas familière avec le rituel sera invitée à supporter lors de sa première participation.  L'année suivante, si elle en sent l'appel, elle pourra faire sa demande pour "monter à la montagne".  Une fois son cycle de quatre quêtes de vision terminé, elle pourra, si elle le désire poursuivre en supportant les quêtes subséquentes.

Si une personne a déjà participé à ce rituel ailleurs ou entamé le processus de quatre quêtes avec d'autres leaders dont les pratiques sont similaires, il est possible de transférer sa quête à Viricuta; ces cas devront être préalablement discutés avec les leaders de la quête.

Est-ce qu'il y a un nombre maximum de participants ?

En effet. Le site ne permet pas un nombre illimité de quêteurs et supporteurs. D'où l'intérêt à vous inscrire et envoyer votre dépôt sans tarder.  C'est la réception de votre dépôt qui confirmera que votre place est réservée.

Est-ce que je peux arriver après le début de la quête ou repartir avant la fin de la quête ?

Non.  Il est important pour nous de créer un contenant sécuritaire pour favoriser l'introspection et la confiance.  Les arrivées et départ en cours de rituel ne favorisent pas le maintien d'un espace sécurisé. Pour la même raison, les visiteurs d'un jours ne sont généralement pas admis, sauf exceptions, avant la quête ou au moment ou les quêteurs descendent de la montagne.  Si vous avez des enjeux en lien avec ce sujet, veuillez les adresser à l'organisation pour qu'on puisse prendre la meilleure décision pour le groupe.

Comment ça se déroule concrètement ?

La première journée est destinée à l'installation du campement, autant pour les supporteurs que les quêteurs.

Le lendemain débutent les premiers rituels de préparation à la quête. Chaque quêteur désignera une personne parmi les supporteurs pour l'accompagner plus spécifiquement dans sa quête, autant dans la matérialité qu'en gardant une connexion par la pensée tout au long de son absence au campement. Les quêteurs sont rencontrés par les guides de la quête afin d'échanger autour de leurs intentions et répondre aux dernières questions. Ils remettront une pochette de tabac afin d'installer une connexion entre eux et le campement des supporteurs.

Le 3e jour au matin, les quêteurs accompagnés de leur supporteur iront installer leur campement rustique.  Ensuite une courte hutte de sudation marque le départ des quêteurs dans le monde des esprits; la parole leur est retirée et à la sortie de la loge, après s'être rapidement changé, le cortège se met en marche pour "semer" les quêteurs.  La guirlande de prière ainsi que les bâtons de direction sont installés autour du campement du quêteur qui débute alors son rituel.

Le reste de la 3e journée ainsi que les jours 4 et 5, les quêteurs sont dans leur "espace sacré" alors que les supporteurs s'affairent au campement.

La 6e journée, les supporteurs iront cueillir les quêteurs et les ramèneront dans la hutte de sudation où la parole leur sera redonnée et où ils pourront fumer le tabac sacré visant l'intégration de l'expérience.  Un cercle de parole leur permettra de partager leur expérience et sera suivi d'un festin.

La 7e journée est destinée au démontage des installations et des campements et au départ vers l'heure du midi.

Et plus spécifiquement pour les quêteurs ?

En principe, les quêteurs se présente sur le site avec leur matériel prêt : 7 bâtons identifiées aux couleurs des directions, guirlande de prières, pochettes de tabac pour les leaders de la quête, équipement rudimentaire de camping.

Ils participent à l'installation du site et aux activités jusqu'au moment où ils sont semés sur la montagne.  À partir de ce moment, ils demeurent dans leur espace sacré jusqu'à ce qu'on aille les chercher pour les cueillir.  Il s'agit pour eux d'un moment de méditation, de connexion avec la nature environnante et d'écoute intérieure. On leur demande de demeurer le plus possible en silence pour préserver la quiétude de la forêt et des autres quêteurs.  Certains dormiront beaucoup alors que d'autre préféreront demeurer éveillés le plus possible pour rester dans la conscience de l'expérience.  Au 4e matin, ils pourront commencer le démontage de leur tente et la préparation de leur bagages – sans toucher leur cercle de prières – en attendant l'arrivée des supporteurs.

Durant leur période d'isolement les quêteurs doivent demeurer dans leur cercle de prière en tout temps.  Si un quêteur rencontre une difficulté qui lui parait insurmontable, il peut choisir de redescendre de la montagne avant la fin de la quête et se présenter en silence au feu sacré; il sera alors pris en charge par un des leaders de quête et devra alors reprendre cette direction lors de sa prochaine quête.

Que font les supporteurs pendant que les quêteurs sont à la montagne ?

Les supporteurs ont pour première mission de veiller au bien-être des quêteurs.  Ils le feront en priant pour eux, en chantant pour eux, en mangeant pour eux, en dormant pour eux et en veillant sur le feu sacré pour les garder au chaud.  Des huttes de sudation ont lieu chaque jour pour favoriser la prière et l'intériorisation. Des périodes d'enseignements sont aussi prévus afin de favorise le partage de connaissances et une meilleure compréhension du rituel.  Les autres moments de la journée sont destinés aux tâches d'entretien du site et au repos.

Est-ce que les enfants sont bienvenus ?

Bien que le rituel de la quête soit challengeant, même pour les adultes, les familles viennent souvent pour supporter l'un des parents.  Les enfants demeurent avec l'autre parent et les supporteurs et participent à la mesure de leur capacité, selon l'âge, aux activités des supporteurs. 

Il arrive selon les enfants présents que l'on attribue la responsabilité à des adolescents de prendre soin des enfants plus jeunes pour favoriser la participation du parent supporteur aux activités.

À partir d'un certain âge les jeunes adolescent.e.s qui en manifestent le désir peuvent effectuer une quête adaptée à leur âge et leur degré d'autonomie.

Pourquoi le jeûne ? Est-ce obligatoire ?

Le fait de ne pas manger ni boire induit une légèreté, autant dans le corps que dans l'esprit et favorise l'ouverture complète à l'expérience.  Le jeûne est une des composantes importantes de la cérémonie et en ce sens, est obligatoire. Les quêteurs n'apportent pas d'eau durant leur quête; toutefois, s'il pleut, il est possible d'en boire quelques gorgées.

Le jeûne complet, sans eau, est pratiqué depuis longtemps pour des périodes pouvant même s'étendre sur plus de 20 jours.  Cette "mise à sec" de nos organes permet une reprogrammation afin de laisser mourir et reprendre vie sur de nouvelles bases.

Et pendant que les quêteurs jeûnent, les supporteurs mangent et boivent en conscience pour les soutenir.

Si la quête dure 4 jours, pourquoi tenir l'événement sur 7 jours ?

L'expérience nous a démontré que de plonger directement dans le rituel après quelques heures n'est pas des plus favorable.  La première et la dernière journée sont spécifiquement destinées au montage/démontage du campement ainsi qu'au voyagement. Il reste donc une journée complète pour mettre en place un espace et un climat favorable à la cérémonie.

  • Jour 1 - Arrivée en fin de journée et installation du campement

  • Jour 2 - Préparatifs, hutte de sudation, rencontre des quêteurs

  • Jour 3 - On sème les quêteurs; Jour 1 de la quête

  • Jour 4 - Jour 2 de la quête

  • Jour 5 - Jour 3 de la quête

  • Jour 6 - Jour 4 de la quête.  On cueille les quêteurs, partage et festin

  • Jour 7 - Démontage du site et départ en mi-journée

Y-a-t-il un protocole spécial concernant la tenue vestimentaire ?

En tout temps durant la semaine, les hommes et les femmes doivent porter une jupe longue ou une robe ou un paréo – même les quêteurs dans leur espace sacré.  Cette consigne présente dans la de nombreuses traditions autochtones autour du monde vise à favoriser la connexion directe du chakra de la base avec la terre. Seuls les gardien-ne-s de feu ne sont pas tenu de respecter ce protocole pour des raisons de sécurité.

Quelle préparation est nécessaire ?

Se préparer pour un rituel de cette envergure, c'est un peu plus que de se préparer pour une semaine de vacances en camping sauvage.  Bien sûr comme nous dormons en tente durant 7 jours, il est important de prévoir le matériel nécessaire et en bon état.  Il faut prévoir des vêtements pour se protéger du soleil et de la pluie, pour les journées chaudes et les nuits fraîches.

 

Dans les semaines qui précèdent :

  • Du repos et du calme : il est fortement recommandé de ralentir dans les semaines avant la quête pour pleinement profiter de l'expérience.  En arrivant essoufflé par un rythme de vie effréné, la quête ne pourra réellement s'installer en vous qu'après avoir retrouvé le calme dans son corps et dans son esprit.

  • Une alimentation saine, particulièrement pour les quêteurs : les premiers 36 heures de jeûne sont parfois difficiles – mots de tête et inconforts physique – particulièrement lorsque la qualité de notre alimentation laisse à désirer.

  • Vérifier et préparer son matériel de camping : tente, bâche, sac de couchage, matelas de sol, corde

  • Apporter :

    • Vêtements et bottes de pluie

    • Vêtements chauds

    • Journal de bord

    • La balance de la contribution monétaire

    • Lampe de poche ou frontale

    • Un couvert pour une personne (assiette, bol, tasse, ustensiles) et une bouteille d'eau

    • Collations pour les fringales (qui ne peuvent pas être apportés à la montagne par les quêteurs bien entendu !)

    • Comme la quête comporte plusieurs huttes de sudation, il faut prévoir les vêtements appropriés :

      • Jupe, robe ou paréo pour les femmes et les hommes

      • Serviette de bain ou de plage

    • Des offrandes de tabac pour remercier les leaders de la quête de vision et gardiens de feu.

    • Give away : un objet qui nous a accompagné pendant une période de notre vie et dont on est prêt à se départir.

Qu'est-ce que les quêteurs apportent à la montagne ?

  • Confiance en l'immobilité et à la simplicité

  • La reliance avec leur intention

  • Petite tente (taille deux places), bâche, cordes

  • Sac de couchage

  • Vêtements chauds

  • 7 bâtons de prières des directions (voir Comment préparer les 7 bâtons de prières)

  • Une guirlande de 365 prières de tabacs dans des pochettes (voir Comment préparer la guirlande de prière)

  • Vêtement pour s'honorer à la sortie de quête

Articles interdits :

  • Lampe de poche

  • Aucune distraction (téléphone, livre, instruments de musiques, couteau, cahier, crayon, etc.)

  • Collations !!!

  • Cigarettes, briquets, allumettes, médecine

  • Chaise, hamac ou autre

  • Montre

  • Bouteille d'eau

Une vérification des bagages sera effectuée avant la montée.

Quelle est la signification des offrandes de tabac ?

Pour la plupart des nations autochtones, le tabac est l'une des plantes les plus sacrées qui soit.  Les demandes (aussi appelées prières) au Créateur/Grand Esprit sont faite lui offrant du tabac, soit en le fumant, soit en l'offrant au feu.  Les quêteurs préparent une guirlande de 365 prières dans les mois qui précèdent le rituel, en lien et au couleur de la direction qu'il honorer sur leur site de quête

Dans des rituels autochtones, on offre aussi du tabac aux gens responsables pour demander la permission ou obtenir la bénédiction.  Ce tabac est la plupart du temps offert dans un tissus rouge et sa quantité varie en fonction de l'importance de la personne, de l'événement et des préférences de chacun.  Souvent le tabac ainsi remis sera utilisé par les personnes qui le reçoivent au cours du rituel ou de rituels ultérieurs.

Lors de la quête, du tabac sera remis aux organisateurs et gardiens de feu afin de créer un lien de soutien tout au long de leur processus.

À quoi sert le montant de la contribution financière ?

Par le passé, le montant de la contribution était fixé à un prix favorisant l'accessibilité pour tous, mais il ne couvrait pas entièrement les dépenses encourues. Le montant a donc été ajusté pour tenir compte également des paramètres suivants :

  • L'augmentation du coût de la vie

  • Les dépenses reliées au bois de chauffage; on brûle plusieurs cordes de bois durant une quête

  • Les dépenses réelles reliées à la nourriture

  • Les dépenses reliées à la location, à l'entretien du site, de ses infrastructures, des outils nécessaires, etc.

Le calcul des coûts ne prévoit aucun salaire pour les organisateurs.

Comment préparer la guirlande de prière ?

  1. Découper dans des tissus (idéalement du coton ou fibre naturelle) 365 carrés de 10 à 15 cm de la couleur de la direction de sa quête, représentant les 365 jours de l'année.

    • Jaune pour représenter la direction de l'Est

    • Rouge pour représenter la direction du Sud

    • Noir pour représenter la direction de l'Ouest

    • Blanc pour représenter la direction du Nord

  2. Préparer du tabac dans un bol ou un sac (environ 2 gros sacs)

    • On trouve du tabac en vrac dans les réserves autochtones; acheter des blagues à tabac dans une tabagie coutera beaucoup plus cher que le voyage vers une réserve.

    • Plusieurs personnes ajoutent des fleurs séchées, du cèdre ou autres herbes au tabac pour créer un mélange personnalisé

    • La quantité de tabac à prévoir varie d'une personne à l'autre en fonction de la taille de chacun de vos sachets de prières

  3. Prévoir une cordelette (idéalement en chanvre ou autre matériau naturel) d'une longueur d'environ 25m ainsi qu'un bout de bois d'environ 30cm sur lequel vous enroulerez votre guirlande pour éviter qu'elle ne s'emmêle.

  4. Installer un contexte favorisant l'intériorisation.  Quelques suggestions :

    • Silence ou musique adaptée

    • Chandelle ou éclairage tamisé

    • Bruler de la sauge, du copal ou autres encens

    • Lien tranquille et inspirant, solitude

  5. Préparer les prières :

a ) Mettre une pincée de tabac au centre d'un carré de tissus

b ) Soumettre sa demande/prière au Créateur/Grand Esprit (en pensée ou à voix haute)

c ) Replier les 4 coins pour créer un baluchon

d ) Attacher le baluchon à la cordelette au moyen d'un nœud de Cabestan

e ) Espacer les prières sur la cordelette de 5 à 10 cm

f ) Enrouler la guirlande sur le bout de bois pour éviter qu'elle ne s'emmêle

g ) Reprendre les étapes a) à f) avec chaque carré de tissus

​​​​

Comment préparer les 7 bâtons de prières ?

  1. Trouver 7 bâtons dont le diamètre varie autour d'un pouce et dont la longueur lorsque déposé au sol atteint la hanche du quêteur.  S'assurer que le bâton est assez solide car il sera enfoncé dans le sol.

  2. Si le bâton est taillé à même une branche d'arbre vivant, remettre du tabac à l'arbre avant de le tailler proprement (ne pas l'arracher à l'arbre)

  3. Tailler en pointe un des bouts du bâton pour faciliter son entrée dans le sol

  4. Accrocher solidement, à environ 2 pouces de l'autre extrémité du bâton un sachet de prière d'environ 3 à 4 pouces de diamètre.  Chaque sachet sera fabriqué d'un tissu représentant la couleur de la direction :

  • Mauve pour représenter l'Esprit

  • Jaune pour représenter la direction de l'Est

  • Rouge pour représenter la direction du Sud

  • Noir pour représenter la direction de l'Ouest

  • Blanc pour représenter la direction du Nord

  • Bleu pour représenter le Ciel

  • Vert pour représenter la Terre

 

J'ai tout lu l'information mais je n'ai pas trouvé la réponse à ma question...

Comme Julie est fort occupée, d'autres membres du conseil de vision sont désormais responsables de recevoir et répondre aux questions : vous pouvez adresser votre question à Benoit Ouellet qui verra à obtenir une réponse ou à rediriger la question à la personne appropriée.  Nous enrichirons la foire aux questions avec les questions pertinentes pour tous et toutes.

Noeud de Cabestran
Guirlande de prières

Le Conseil de Vision de la Quête

Portrait Julie

Julie

St-Louis

Portrait Monique

Monique

Gohler

Portrait Émeraude

Émeraude

Brossoit

Éric.jpg

Éric

Frigault

Portrait Benoit

Benoit

Ouellet

Conseil
bottom of page